Film de la semaine

Après la tempête

Après la tempête

Kore-eda retouche, une fois encore, son tableau des névroses familiales dans la société japonaise. Moins poignant et magistral que d'autres incursions du disciple d'Ozu et de Naruse dans l'arrière-cour de ses compatrio­tes (tels les bouleversants Nobody knows et Still walking), ce film puise pourtant à la même source amère, au même flux tendu de deuils, de rancoeurs et de fêlures, de débandade sociale et financière, mais aussi d'amour — compliqué et déglingué. Portée par les beaux dialogues (un brin trop écrits) d'un duo mère-fils, cette « tempête » familiale s'achève sur un calme blanc, un apaisement ambigu. Une ode discrète à l'instant, seul refuge précaire dans un monde où rien n'est permanent, et surtout pas les rapports humains.

Tous les films »

Suggestions du Week-End

Festival du cinéma chinois en France

Festival du cinéma chinois en France

Toutes les expos »